18-19-20 octobre :: Colloque de médiation culturelle Exeko

Chacun possède en lui la même capacité de poser un regard, de réfléchir et d’agir. «Ce sont les conditions économiques, sociales ou historiques qui empêchent certaines personnes d’user de leur capacité d’agir. C’est pourquoi nous créons des espaces de création et de réflexion afin de valoriser le potentiel de chacun», affirme la chargée de développement et innovation d’Exeko, Agnès Lorgueilleux.

Intégrer par la création
Les projets d’Exeko offrent des espaces ouverts et flexibles où toutes les voix sont écoutées pour s’arrimer avec la culture du milieu et les initiatives présentes sur place, comme au sein des centres d’hébergement ou pour les personnes itinérantes. L’organisme d’innovation sociale utilise une approche basée sur la médiation intellectuelle à travers la création, les ateliers critiques et les visites culturelles.

«C’est une approche d’égal à égal avec les citoyens, mais aussi les partenaires des milieux communautaires, institutionnels et politiques afin d’élaborer ensemble des pistes de réflexion et de solutions sur les problèmes d’exclusion», explique la chargée de développement et innovation.

Innovation sociale et inclusion
Connu pour ses projets de philosophie et de culture IdAction et IdAction mobile, Exeko vise différents citoyens en marge pour susciter des réflexions autour de l’exclusion et les amener à se réapproprier le monde de la culture et des idées.

Trickster, un projet de théâtre et de contes pour jeunes Autochtones cible les 8-15 ans à travers des ateliers participatifs et des rencontres avec les ainés de leur communauté. Ils sont invités à se réapproprier leur culture tout en portant un regard réflectif sur elle. Près de 1500 jeunes de 16 communautés y ont participé. «Cette démarche augmente leur confiance en eux, cela renforce les liens avec la communauté et la transmission même si cela ne mène pas toujours à un spectacle ou à une production», explique Agnès Lorgueilleux.

Réfléchir sur l’exclusion
Le prochain colloque d’Exeko a pour objectif de rassembler des acteurs de différents milieux (communautaire, institutionnel et politique) autour de la problématique de l’exclusion. Les participants pourront explorer trois axes de réflexion : éducation et marginalisation intellectuelle, reconnaissance sociale par la recherche et les nouvelles pratiques sociales et participation citoyenne aux enjeux communs.

Soutenu par la Commission canadienne pour l’UNESCO et la Fondation pour la famille J.W. McConnel, cet évènement propulsera le tout nouveau Laboratoire d’innovation sociale et de culture inclusive d’Exeko. Une avenue de recherche où diverses situations d’exclusions seront analysées en collaboration avec des partenaires culturels.

«Nous voulons expérimenter de nouvelles voies et comprendre les transformations de pratique nécessaires pour parvenir à une meilleure inclusion sociale. Il n’y a pas une seule solution, mais de multiples pistes que chacun gagnerait à connaître ou à explorer, ce sera la raison d’être du laboratoire», soutient la chargée de développement et innovation. Il sera lancé la première journée du colloque, soit le 18 octobre prochain.

Le Colloque Médiation intellectuelle aura lieu les 18, 19 et 20 octobre 2016