Blanc de gris :: la passion des champignons

Faire pousser des champignons au cœur de Montréal. Cette idée un peu folle séduit beaucoup les gourmands locaux, à commencer par les chefs de restaurant. «Je cherchais un projet concret d’agriculture urbaine et j’aime les champignons», présente la cofondatrice de Blanc de gris, Dominique Lynch-Gauthier.

Inspirée par l’initiative parisienne de «La Boîte à Champignons», elle se tourne vers la culture de pleurotes faciles à cultiver et qui s’adaptent le mieux au substrat recyclé de sous-produits de café et de brasserie. «L’idée était au départ d’avoir une économie circulaire. Les sous-produits générés par les déchets ont beaucoup à offrir. Il forme un bon terreau, et le substrat en fin de vie peut encore servir à faire pousser des légumes», explique la jeune femme.

Deux déchets, un lit de champignons
Le marc de café, les grains de résidus de brassage de bière et les copeaux de bois d’émondage de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve fournissent le lit des champignons – 50 tonnes de matière organique sont ainsi recyclées. Les six serres recréent des conditions idéales pour que poussent 300 kg par semaine de pleurotes.

Avec sa comparse et cofondatrice, Lysiane Roy-Maheu, Dominique Lynch-Gauthier livrent moins de 24 heures après la cueillette les restaurants de Montréal et les clients gourmets. «Nous avons cueilli 58 kg de pleurotes en une seule journée. Même si on recrée toutes les conditions idéales, ce n’est pas si facile de passer de la petite production que j’avais dans ma cave en production à grande échelle. Cela génère beaucoup de chaleur et il y a beaucoup de paramètres à surveiller», explique la cofondatrice.

Les bons pleurotes
Fragiles et périssables, les pleurotes en huitre possèdent une saveur délicate. Le restaurant Le Toquet, le Petit Extra et bien d’autres restaurants sont des clients réguliers de la champignonnière urbaine. Les deux jeunes femmes vont se lancer prochainement dans la cuisine en transformant leurs champignons en des produits transformés : deux tapenades et un condiment. Leur campagne de socio-financement a permis de recueillir les 7 500$ pour le mobilier de cuisine.

Il est possible de visiter les installations de la ferme de champignons urbains en surveillant les dates sur la page Facebook de l’organisme.