Biquette à Montréal :: Des moutons dans Rosemont

Cet été, les citoyens de Rosemont-La Petite Patrie pourront saluer des moutons en plein travail. Du 9 juillet au 7 août, près de 10 moutons tondront l’herbe verte du Parc du Pélican et de quelques autres parcelles de cet arrondissement de Montréal. «Il y aura peut-être quelques chèvres aussi, mais les moutons sont plus dociles et grégaires», relève la géographe de formation et bergère urbaine, Marie-Ève Julien Denis.

Cette première activité d’écopâturage à Montréal, et même au Québec, s’inspire d’expériences européennes que la jeune femme a découvertes lors de sa maitrise en agriculture urbaine. «J’ai eu le coup de foudre pour des projets comme la Chèvrerie urbaine de Dunkerque ou encore la ferme mobile de Clinamen. Alors, pourquoi pas avoir aussi des ovins à Montréal, une ville novatrice en agriculture urbaine ?», s’est interrogée la fondatrice de Biquette à Montréal.

Des bergères au parc
En compagnie de sa comparse et seconde bergère urbaine du projet, Laurence Barchichat, Marie-Ève Julien Denis établit un bon contact avec Anouk Préfontaine, de la Ferme gastronomique Chez Anouk, à Mont-Laurier. «Anouk a été emballée par le projet et a accepté de nous confier des bêtes pour ce projet éducatif et de reconnexion des urbains avec la nature et la réalité rurale», raconte la bergère urbaine.

L’arrondissement et son maire, François Croteau, avaient déjà été réceptifs à l’accueil de poules dans le quartier autorisant il y a trois ans l’organisme La Maisonnette des parents, rue Saint-Laurent, à ouvrir un petit poulailler de cinq poules. Cette douce révolution verte pourrait d’ailleurs faire d’autres petits avec l’implantation estivale de conteneurs du projet ÉAU – pour des écosystèmes alimentaires urbains qui combinent poissons et potager – sur la Place Shamrock.

Les enfants d’abord
«C’est une réappropriation de notre milieu de vie. Cela ramène du vivant en ville et ouvre les yeux des citadins sur les nouveaux projets d’agriculture urbaine», relève Marie-Ève. En plus des moutons et de leur bergerie, des ateliers pour petits et grands seront donnés autour de l’élevage des ovins. Les enfants des CPE et les camps de jour du quartier seront les premiers visiteurs de ces hôtes à quatre pattes et à la mâchoire vorace de gazon.

Le 16 mai prochain sera lancée une campagne de sociofinancement pour financer l’enclos mobile et le transport des brebis. D’autres nouvelles sur la page Facebook de Biquette à Montréal.