Aide alimentaire : un bilan plus lourd année après année

Depuis 1989, les organismes d’aide alimentaire compilent l’ensemble de leurs données sur les services offerts par les Banques alimentaires du Québec. Le rapport socioéconomique qui en résulte est appelé le Bilan-Faim de l’année courante. Il fournit un portrait de l’aide alimentaire au Québec en prenant le mois de mars comme mois témoin. La méthodologie est celle proposée par Banques alimentaires Canada dans toutes les régions.

À l’échelle du Québec, les faits saillants démontrent qu’en comparaison avec l’an passé, le nombre de demandes d’aide au mois de mars a augmenté de plus de 2,5 % passant de 1 562 737 à 1 601 115. Depuis 2008, ce nombre est en augmentation constante année après année. Les personnes ayant un revenu d’emploi sont de plus en plus nombreuses dans le contingent des demandeurs d’aide. En 2014, un constat alarmant est celui du manque de denrées. Ne pouvant répondre à la demande, plusieurs organismes ont été contraints de fermer leurs portes, de donner moins de produits ou de renvoyer les gens sans nourriture.

À Montréal, Moisson Montréal fait ressortir plusieurs faits saillants
dont :

  • Hausse des demandes d’aide alimentaire
  • 27 % des bénéficiaires sont des enfants
  • 11,9 % de ceux qui reçoivent l’aide d’une banque alimentaire ont un revenu provenant d’un emploi
  • 8 % ont un revenu de pension

Propositions de stratégies à long terme
Chaque année, les répondants classent par ordre d’importance les stratégies gouvernementales à long terme qui pourraient avoir un impact sur la sécurité alimentaire :

  1. Accroître le nombre de logements abordables
  2. Rendre les logements accessibles
  3. Augmenter le soutien en santé mentale
  4. Augmenter le salaire minimum provincial
  5. Augmenter les pensions pour personnes âgées
  6. Améliorer l’accès à l’assurance-emploi
  7. Accroître le soutien et les services aux itinérants
  8. Accroître le soutien et les services d’aide à la toxicomanie
  9. Diminuer l’impôt sur le revenu des particuliers
  10. Élargir les options de formation professionnelle pour les adultes
  11. Augmenter les prestations d’impôt fédéral pour les individus et les familles
  12. Diminuer ou geler les frais de scolarité pour l’éducation postsecondaire
  13. Réduire la dette du gouvernement
  14. Augmenter les places en garderie
  15. Augmenter les prestations d’aide sociale
  16. Augmenter les prestations d’aide sociale pour les personnes ayant une invalidité
  17. Améliorer l’accès aux garderies subventionnées à 7 $
  18. Augmenter les soutiens pour immigrants
  19. Réduire l’impôt tiré d’une entreprise

Source : Moisson Montréal

Informations bibliographiques et téléchargement